Contact

02 99 33 36 00

Lorans, les solutions fluides / Avenue Chardonnet / CS 61210 / 35012 RENNES Cedex

Voir tous les résultats
Fonctionnement maintenance chaudiere

Quel que soit le type de chaudière (chaudière fioul, chaudière gaz, chaudière à condensation...), sa fonction en tant que générateur de chaleur est de transmettre l’énergie issue d’une combustion (hors chaudières électriques) à un fluide afin d’assurer une fonction de production de chauffage et la possibilité également d’assurer une production d’eau chaude sanitaire.

La chaudière, générateur de chaleur et d'ECS

La combustion pouvant être issue d’une énergie dite fossile (gaz, fioul, charbon) ou renouvelable (biomasse), l’évacuation des produits de combustion (EVAPDC, monoxyde de carbone...)  via les fumées ainsi que l’amenée de l’air comburant devront être traitées au travers de travaux de fumisterie voire de travaux de ventilation selon les cas, conformément aux règles d’implantations en vigueurs et des compatibilités de matériaux aux températures et de leurs résistances aux condensats.

Une chaudière, qui peut être murale ou au sol, peut produire du chauffage au travers d’un réseau d’émetteurs dit sur boucle d’eau (radiateur, plancher chauffant) et nécessitera pour ce faire, un dispositif de régulation central (thermostat, sonde extérieure) permettant en fonction de la température de consigne désirée dans les locaux ainsi que des conditions climatiques, d’adapter le régime de puissance de la chaudière ou de la chaufferie afin d’assurer le confort désiré et d’optimiser la consommation énergétique au plus juste.

Dans le cas d’une émission par radiateur, une régulation terminale pourra venir compléter le dispositif. La chaudière pourra également assurer la production d’eau chaude sanitaire suivant les types, de manière instantanée (cas par exemple des chaudières gaz dites micro-accumulation) ou accumulée par l’intermédiaire d’un ballon de stockage ou préparateur ECS à serpentin. Une chaudière peut également être couplée à un ou plusieurs autres générateurs similaires (cascade de chaufferie) ou utilisant une source d’énergie plus vertueuse (solaire, PAC air/eau, géothermie).

Afin d’assurer la pérennité du système dans le temps et son bon fonctionnement, il faudra également veiller à protéger tout le système.

Traitement du circuit de chauffage

Dans une installation de chauffage, l’oxygène qu’elle contient réagit avec les métaux présents sur la totalité de la boucle (chaudière, canalisations, raccords, émetteurs…) et crée une réaction d’oxydation fragilisant l’ensemble. C’est ce qu’on appelle le phénomène d’embouage. Ces oxydes métalliques (rouille) se trouvent alors en suspension dans l’eau du circuit et se déposent dans certaines zones créant au mieux : inconfort thermique et dysfonctionnement de la chaudière et au pire : percement des émetteurs, obstruction des robinets et raccords, casse de certains composants de la chaudière. Lors du remplacement d’une chaudière, il est alors vivement recommandé d’effectuer un nettoyage complet du circuit chauffage, appelé désembouage. Une fois celle-ci installée, un traitement de type inhibiteur est également vivement recommandé afin de ralentir le phénomène dans le temps.

Pensez à vérifier les conditions de garantie de votre chaudière qui peut être contrainte à la qualité de l’eau du circuit.

Protection de la chaudière

Les chaudières sont de plus en plus performantes (permettant de meilleures économies d'énergie) mais également plus sensibles à leur environnement. Afin de garantir la longévité et l’efficacité de cet équipement, il est vivement conseillé d’installer un pot à boue avec filtre magnétique et dégazeur en amont de celui-ci. Ce dispositif peut également faire office de désemboueur passif du système de chauffage et être utilisé pour injecter l’inhibiteur de corrosion.

Traitement des condensats

En habitat individuel, une chaudière à condensation peut générer jusqu’à 5 à 7 litres de condensats par jour en période de chauffe avec un pH acide compris entre 2 et 5 suivant le type de combustible. Du fait de cette acidité, si les évacuations sont en cuivre, fibro-ciment, béton ou déversés dans une fosse septique... aux risques de fuites et de réfections coûteuses, le neutralisateur de condensats est la seule solution possible. Dans les autres cas, ce dispositif s’inscrit complètement dans une logique de développement durable.