Contact

02 99 33 36 00

Lorans, les solutions fluides / Avenue Chardonnet / CS 61210 / 35012 RENNES Cedex

Voir tous les résultats
cuivre-banniere.jpg

Le cuivre, matériau noble couramment utilisé pour l’adduction de l’eau depuis 1930, a vu naître des alternatives à son utilisation. En effet, les matériaux de synthèse tels que le multicouche et le PER (polyéthylène réticulé) se mettent à remplacer cette solution. Cependant, la tuyauterie en cuivre demeure utilisée dans de nombreux cas et représente l’excellence en tuyauterie.

La tuyauterie en cuivre

Le supportage

Les propriétés mécaniques du cuivre sont nettement supérieures à celles des matériaux de synthèse. Cela lui permet donc d’être extrêmement ductile, de disposer d’une bonne déformation à chaud et de n’avoir pratiquement aucune limite à son travail à froid lorsqu’il est non allié. Ajouté à cela le fait qu’il dispose d’un coefficient de dilation thermique bien inférieur aux matériaux de synthèse, cela en fait un matériau de choix lors du supportage des canalisations.

Il existe 2 types de cuivre :

  • le cuivre recuit - sous forme de couronne malléable et cintrable à froid - est utilisé principalement pour les installations encastrées,
  • le cuivre écroui – sous forme de barres rigides - permet, quant à lui, la gestion des changements de direction.

De plus,  l’adduction des eaux peut être faite de façon totalement apparente grâce à l’insensibilité du cuivre aux radiations solaires telles que les UV (ultraviolet). En application, cela signifie qu’intervenir dans l’existant ou rénover le bâtiment est bien plus aisé.

L’assemblage

L’assemblage du cuivre peut se faire par deux méthodes :

Le brasage par capillarité est un procédé permettant l’assemblage des tubes de cuivre. Cependant, de par le fait que sa mise en œuvre requière l’utilisation d’une flamme, l’utilisateur devra détenir un permis feu.

Contrairement à la première méthode, les raccords mécaniques permettent d’assembler des tubes de natures différentes. Parmi ces techniques mécaniques, le sertissage est une solution bien plus rapide et simple à mettre en œuvre. Selon l’étude du cabinet Holisud pour le Centre d’information du cuivre et des alliages, le sertissage permettrait un gain de temps de l’ordre de 40 % par rapport au brasage et permet d’éviter tout risque de brûlure.

Les propriétés du cuivre

Selon le Classement Conventionnel sans Essais Préalables, les canalisations en cuivre sont classées A1 en Europe. De ce fait, cela désigne le cuivre comme un matériau ininflammable, incombustible et non propagateur de fumée.

Le cuivre vieillit extrêmement bien grâce à sa résistance aux radiations solaires, aux attaques des rongeurs, aux chocs thermiques et chlorés. Mais aussi, de par son imperméabilité aux gaz et à l’oxygène, l’empêchant de s’oxyder et d’engendrer des problèmes d’embouage.

A noter également que les canalisations en cuivre permettent la circulation d’une eau riche en ions Cu2+, oligo-éléments essentiels au bien-être et dont la carence est mauvaise pour la santé.

De par ses performances énergétiques accrues, de sa durabilité et de son recyclage, le cuivre est parfaitement en adéquation avec le développement durable. Avec plus de 99,99 % des bactéries éliminées en 2 heures d’exposition, le cuivre est un matériau de contact les plus efficaces afin de lutter contre les bactéries (légionellose…), les infections et autres germes dans les Etablissements Recevant du Public (ERP).

Toutes ces propriétés ont fait du cuivre le premier matériau de canalisation disposant d’une Fiche de Déclaration Environnementale et Sanitaire.